Découvrir Meythet
Accessibilité
Grossir de texteGrossir de texte
Activer la vue mal voyant Version Imprimable
Recherché

Mairie de MEYTHET
Rue de l’Hôtel de ville – BP 1002
74966  MEYTHET Cedex
Tél. : 04 50 22 78 80
Fax : 04 50 22 34 67
meythet@mairie-meythet.fr

Retour à l'accueil
Nature et patrimoine
Nature et patrimoine

Des espaces naturels à parcourir

Vallon du Fier/ Bois des Iles

Bois des îles : Cheminement de promenade pédestre, où les vélos sont tolérés.Cheminement de promenade pédestre, où les vélos sont tolérés.
Plusieurs sentiers dans la forêt et le long du Fier, permettant l’accès à Annecy (au niveau du parc des expositions), Annecy le Vieux (zone du Pont de Brogny) et Metz-Tessy.
Cet espace comprend également un parcours gymnique rustique en sous-bois avec un atelier recommandant des exercices de musculation spécifiques.
A noter que le Vallon du Fier dans son ensemble a fait l’objet récemment d’une requalification visant à faciliter son accès et à développer la quantité et la qualité de ses cheminements.
Accès par la rue de la Barrade (zone industrielle du Pont de Tasset).

Nant de Gillon : Bois des Côtes et Marais Côte MerleSentier du Nant de Gillon

Sentier pédestre récemment réhabilité (grâce au concours des habitants et des chantiers d’insertion de la Ville en lien avec l’ONF) qui serpente en sous-bois et en lisière de ruisseau. Attention, pentu en certains endroits.
Accès par la route de Rumilly, la rue du Fier, la rue de Calvi.  

Bois des Côtes et Marais Côte Merle

Espace naturel aux multiples trésors (faune, flore, sources) protégé par un arrêté préfectoral Biotope depuis 2007. Sentier d’interprétation et de sensibilisation à la protection de l’environnement (panneaux sur le cycle de l’eau), à sa richesse (biodiversité exceptionnelle), à sa fragilité et information sur l’historique du lieu.
Accès par la rue de l’Aérodrome et par la rue des Garennes.

Des bâtiments à découvrir

La mairie école devenue aujourd’hui « La Maison des associations »

La mairie école devenue aujourd’hui « La Maison des associations »

En 1881, Meythet comptait 342 habitants dont 60 élèves de 5 à 13 ans.
Le 19 novembre 1882, le maire François Vernex présente à son Conseil le projet de la future mairie école de Meythet soumis par l’architecte annécien Auguste Mangé.
La commune n’ayant pas des finances très prospères, la République lui accordera le 25 mars 1883 un apport de 12000 francs sur les 14500 francs que coûtera la réalisation du projet.
En 1889, 80 élèves fréquentent la seule classe de Meythet alors que la salle a été construite pour 50. Aussi le conseil municipal décide lors de sa séance du 2 juin de la création d’une école enfantine. Celle-ci sera réalisée par accolement au bâtiment initial en 1894, toujours sur un projet de l’architecte Auguste Mangé. Elle sera la première grande réalisation du maire Antoine Berthod et restera la seule école communale jusqu’en 1960.
Après avoir accueilli pendant de nombreuses années les locaux de la MJC, aujourd’hui « l’ancienne mairie école » est devenue une maison des associations.

Les Terrasses Fleuries, un bel exemple d’habitat intermédiaire

Les Terrasses Fleuries, un bel exemple d'habitat intermédiaire

A partir de la fin des années 1960, face à la persistance dans la société française du désir de maison particulière, certains architectes tentent d’effacer, du moins d’atténuer dans de nouveaux projets architecturaux, la frontière entre logement collectif et logement individuel.

L’ensemble des Terrasses Fleuries construit à Meythet en 1975, entre la rue François-Vernex et la rue de la Lathardaz, est un exemple de cette période. Il est dû à l’agence d’architecture de Michel Andrault et Pierre Parat qui est à cette époque l’une des grandes agences françaises d’architecture.

Michel Andrault et Pierre Parat mènent leurs premières recherches sur l’habitat intermédiaire dès la fin des années 1960. En 1973, ils sont lauréats du concours national des Modèles-Innovation ; leur modèle, dénommé « Maisons-Gradins-Jardins » est capable de s’adapter à l’usage de divers matériaux et de multiples configurations. Le modèle adapté à chaque contexte sera construit à plusieurs milliers d’exemplaires sur le territoire national. Dans la région Rhône-Alpes, on le rencontre à Amphion, Meylan, Meyzieu, La Tour du Pin et Rilleux…

Les Terrasses Fleuries de Meythet combinent une partie d’accession à la propriété et de locatifs sociaux. L’architecture cherche à concilier les avantages des deux formes de logement : collectifs et individuels. Ces maisons appartements entourent une terrasse tandis que les espaces aveugles et souterrains servent de garage et de locaux techniques. Le stationnement des véhicules est intégré dans les bâtiments, un double accès aux logements est créé : intérieur par les garages et extérieur par les jardins ; les terrasses privées sont protégées visuellement par des jardinières et des balustrades.

L’église paroissiale Saint-Paul

L’église paroissiale Saint-Paul Pleinement intégrée dans le paysage urbain de son quartier

Pleinement intégrée dans le paysage urbain de son quartier, l’église paroissiale Saint-Paul est un édifice récent puisque la pose de la première pierre par l’évêque d’Annecy, monseigneur Hubert Barbier date du 1er décembre 1996.
Inaugurée le 11 avril 1998, l’église Saint-Paul est le fruit de la réflexion de l’architecte Jacques Hergott qui voulait un lieu de culte ouvert à tous, chrétien ou non, respectueux de la communauté humaine, là où cohabitent plusieurs religions. C’est pourquoi l’église de Meythet est construite à partir d’un grand cube, symbole universel, à l’intérieur duquel s’inscrit un large cercle où se rassemble les fidèles.
Pas de courbes vertigineuses, mais des lignes courtes et blanches portées par des piliers. Les symboles du carré et du cercle se retrouvent dans les ouvertures :
la porte d’entrée est un carré parfait, la rosace de verre qui le surplombe est un disque de lumière que l’architecte a voulu absolue. Le cercle du volume intérieur est ainsi éclairé par l’immense mur de vitrage qui lui fait face. Au premier plan de celui-ci, le baptistère, couronné de lampes halogènes, confirme le choix d’emplacement réfléchi, l’entré du baptisé dans la lumière de la résurrection.
La fresque « La résurrection » créée par le célèbre artiste internationalement connu  Arcabas (peintre et sculpteur isérois, spécialiste d’art sacré contemporain)  peut alors être admirée comme une véritable apothéose de couleurs.